Leçon 4 : Structure des phrases et introduction aux particules

Discussion

La structure des phrases coréennes est très différente de la structure des phrases françaises. Cela peut être déroutant au début, mais en lisant ce cours et avec un peu de pratique et de motivation, la lecture de ce qui suit vous donnera de très bonnes bases pour votre apprentissage du coréen !

L’ordre : Sujet – Complément – Verbe

Si vous vous souvenez de vos cours de français, vous savez sans doute que la structure de base des phrases est composée généralement d’un sujet, puis du verbe, et éventuellement d’un complément.

Par exemple, dans la phrase “Je mange une pomme”, “Je” est le sujet, “mange” est le verbe, et “une pomme” est le complément :

Sujet Verbe Complément
Je mange une pomme

En coréen, c’est différent, on utilisera l’ordre suivant : Sujet – Complément – Verbe.

Sujet Complément Verbe
Je une pomme
mange.
저는 사과를 먹어요.

Le verbe se place toujours à la fin des phrases en coréen, cela a pour conséquence qu’il est souvent important d’écouter ou de lire les phrases entièrement pour comprendre le sens et la conjugaison (et donc savoir si on parle au passé, au présent ou au futur).

Les particules coréennes

Le concept de particule n’existe pas en français mais il est assez simple à comprendre. De nombreuses particules sont utilisées en coréen pour indiquer la fonction des mots qu’elles précèdent.

Les particules sont donc utilisées pour montrer la fonction grammaticale des mots (sujet, complément d’objet. etc) et apportent des indications complémentaires concernant le lieu, le temps, etc…

Particule de thème 은 / 는

은/는 est une particule de thème qui peut être ajoutée après le sujet, l’objet ou l’adverbe. Elle permet d’indiquer de quoi on parle. Selon son usage, cette particule a différentes significations : pour marquer le sujet, pour accentuer, pour le comparer etc.

Ces différences sont subtiles et difficiles à assimiler au début, vous comprendrez de mieux en mieux en avançant votre apprentissage de la langue. Ne vous inquiétez pas si cela semble un peu flou pour le moment, il s’agit d’une des notions les plus complexes de la langue. Pour le moment, vous pouvez simplement vous dire que cette particule sert à indiquer le sujet.

Pour choisir entre 은 et 는, il suffit d’appliquer la règle suivante : on ajoute 은 quand le nom se termine par une consonne, et 는 quand c’est une voyelle.

Reprenons notre exemple initial pour mieux comprendre :
“Je mange une pomme.” → 사과를 먹어요.

Dans notre exemple, “Je” est traduit par “저는”. Ici, “저” signifie “Je / moi” et se termine par une voyelle, on ajoute donc la particule de thème “는” pour indiquer le sujet de la phrase.

Particule d’objet 을 / 를

“을/를” est une particule pour marquer le COD (Complément d’objet direct).

Pour rappel, le complément d’objet direct répond aux questions suivantes :

  • sujet + verbe + qui ?
    Exemple : Sumi attend son frère. → Sumi (sujet) + attend (verbe) + son frère (qui ?).
  • sujet + verbe + quoi ?
    Exemple : Eunhee mange une pomme. → Eunhee (sujet) + mange (verbe) + une pomme (quoi ?).

En Coréen, pour définir le COD, on colle le suffixe 을 ou 를 au mot concerné.

  • On ajoute 을 lorsque le nom se termine par une consonne (consonne + 을)
    Exemples : 밥을옷을한국을
  • On ajoute 를 lorsque le nom se termine par une voyelle (voyelle + 를)
    Exemples : 친구를한국어를태권도를

Reprenons notre exemple initial pour mieux comprendre :
“Je mange une pomme.” → “저는 사과 먹어요.”

Dans notre exemple, “une pomme” est traduite par 사과, ici, “사과” signifie “pomme”, et on ajoute la particule de d’objet pour indiquer le COD de la phrase.

Particule de sujet 이 / 가

En coréen, on peut indiquer le sujet en utilisant soit la particule de thème 은/는, mais aussi utilisant la particule de sujet 이/가. La particule de sujet 이/가 est utilisé pour le sujet qui est une nouvelle information. Le sujet avec 이/가 est plus important ou de même valeur que la partie que sa description.

Par exemple, dans la phrase 사과가 맛있어요(La pomme est bonne)”, le sujet 사과 (pomme) est une information importante. La différence entre 은/는 et 이/가 est un peu difficile à assimiler et sera traitée prochainement dans un article dédié.